A Travellerspoint blog

Women's rights defenders and child marriage

Défenseurs des droits des femmes et mariage infantile

At some point during my placement, I was invited to a wedding. When I asked in the office how old the bride was, I was told that she’s 16 and would marry a 21 y-o man. I was also told that in the community where the wedding was organized, girls often get married from the very young age of 12.

Now if you look at Indian legislation, you find out easily enough that the marriageable age is 18 for girls, and 21 for boys. And this is not a new law, as it was enacted in 1978 through the Child Marriage Restraint Act (yes, I did my research). This law was written in order to protect children, mostly girls if I dare say, and it is being openly ignored by some people who consider it ok to remove a child from school and give her away to an older man. When I heard that, I just felt like shouting to the world:

“THIS IS SOOOOO WRONG! HOW CAN THIS STILL HAPPEN IN 2016?”

And yet, this isn’t the end of the story. By now you probably know that I’ve been working as a volunteer for an NGO named SEEDS. One of their missions is supposedly to defend women’s rights and work for women empowerment. Now tell me, do you consider illegal child marriage a good thing regarding women’s rights and empowerment? Personally I see a young girl being deprived of an education, forced into a marriage in which she will have to take care of a house, give children to her husband (I won’t mention marital rape, but maybe I should …) and raise them. That is not something women’s right defenders should accept and encourage, and yet I was accused of being intolerant towards Indian customs when I told my NGO “colleagues” that I would not support this marriage and refused to go. Does this mean that a woman is allowed help only once she’s been abandoned by her husband and family, once she’s widowed or when her husband is unable to provide for the family? Or maybe it’s because the bride is your friend’s daughter, so it’s acceptable. Whatever the reason, I just have one word: contradictory. You can’t say you work for women’s rights and empowerment and then say that child marriage is acceptable. You simply can’t.

A woman’s right is to choose her own path in life; it is not submission to a man.
A woman’s right is to have an education, just like all men are educated.
A woman’s right is to dispose of her body the way she desires; it is not to make children when and how her husband wants, or because “women are supposed to have children”.

I kept (almost) quiet about this during my placement to avoid getting in trouble since I was the only one outraged by the situation, but now that I have left I cannot keep silent anymore. People need to know what happens, and how there are double (multiple?!) standards when it comes to women’s rights in India. Please help me and let’s share this article as broadly as we can!

//

Un jour au cours de ma mission, j’ai été invitée à un mariage. Quand j’ai demandé au bureau quel âge la mariée avait, on m'a répondu qu'elle avait 16 ans et se mariait avec un homme de 21 ans. On m'a aussi dit que, dans la communauté où le mariage a été organisé, les filles sont souvent mariées dès le très jeune âge de 12 ans.

Si vous vous renseignez sur la législation indienne, vous trouverez assez facilement que l'âge minimum pour se marier est de 18 ans pour les filles et 21 pour les garçons. Et ce n'est pas une nouvelle loi, puisqu’elle a été adoptée en 1978 par le Child Marriage Restraint Act (oui, j'ai fait mes recherches). Cette loi a été écrite dans le but de protéger les enfants, surtout les filles je dirais, et elle est ouvertement ignorée par certaines personnes qui jugent acceptable de retirer une fillette de l'école et pour la donner ensuite à un homme plus âgé. En entendant cela, j’ai voulu crier sur tous les toits :

" COMMENT EST-CE TOUJOURS POSSIBLE EN 2016? "

Et pourtant, ce n'est pas la fin de l'histoire. Vous savez probablement à présent que je travaillais en tant que volontaire pour une ONG appelée SEEDS. L'une de leurs missions est soi-disant de défendre les droits des femmes et d’encourager leur autonomisation. Maintenant dites-moi : considérez-vous le mariage illégal des enfants une bonne chose en ce qui concerne les droits et l'autonomisation des femmes? Personnellement je vois une jeune fille privée d'éducation, contrainte à un mariage dans lequel elle devra prendre soin d'une maison, donner des enfants à son mari (je ne parlerai pas du viol conjugal, mais peut-être que je devrais ...) et les élever. Ce n’est pas quelque chose que les défenseurs des droits des femmes devraient accepter et encourager, et pourtant, on m’a accusée d'être intolérante envers les coutumes indiennes quand j’ai dit à mes «collègues» de l’ONG que je n’étais pas favorable à ce mariage et refuserais d'y aller. Est-ce que cela veut dire qu'une femme ne peut recevoir de l'aide qu'une fois qu'elle a été abandonnée par son mari et sa famille, une fois qu'elle est veuve ou lorsque son mari est incapable de pourvoir aux besoins de la famille? Ou peut-être parce que la mariée est la fille de votre amie, le mariage est donc acceptable. Quelle que soit la raison, je n’ai qu’un mot: contradictoire. Vous ne pouvez pas dire que vous travaillez pour les droits et l'autonomisation des femmes et ensuite dire que le mariage des enfants est acceptable. Vous ne pouvez tout simplement pas.

Le droit d'une femme est de choisir sa propre voie; il n’est pas d’être soumise à un homme.
Le droit d'une femme est de recevoir une éducation, de la même façon que tous les hommes sont éduqués.
Le droit d'une femme est de disposer de son corps comme elle le désire; il est de ne pas faire des enfants quand et comment son mari le souhaite, ou parce que «les femmes sont censées avoir des enfants".

Je suis restée (presque) discrète à ce sujet lors de mon stage pour éviter d'avoir des ennuis puisque que j’étais la seule que la situation dérangeait, mais maintenant que je suis partie, je ne peux plus garder le silence. Les gens doivent savoir ce qui se passe, et qu’il existe un double (multiple ?!) standard en ce qui concerne les droits des femmes en Inde. Aidez-moi et partageons cet article aussi largement que possible!

Posted by Julie Stasia 13:13 Comments (0)

Let's go shopping shall we?

C'est parti pour une virée shopping!

I will start this article with an apology: dear friends, I am sorry to announce that this article will be deprived of any photos, because during this shopping trip I was too busy processing what I was seeing to even think about taking photos. Seriously.
I hope you can forgive me, and imagine the sights I will describe!

The day started with the usual bus trip, as Namakkal is apparently more expensive than other places; we went to Trichy, which is about an hour away - depends how crazy the bus driver is. Upon arrival, we stopped for ice cream in a crowded shop (I know, you don’t really care what I eat, but I’ll still mention it) and then walked over to the first store we wanted to visit. The walk felt like forever in the midday heat and sun, among crowds of people trying to find some shade or reach their destination faster. Except maybe for the people stopping in the middle of the way and blocking others; but that’s another story. And then we reached the store. 7 floors of super cold AC, clothes in every direction and hundreds – thousands – of people roaming the aisles. We started with the sarees section since I wanted to get some, and I could not believe what I was seeing.

The fabrics used to make sarees are always very colourful, with intricate designs and very often pearls and embroideries. Now imagine those lush fabrics being hung all over the ceilings and walls, some more on mannequins and then even more on shelves, ready to be displayed on the massive tables by helpful employees. Do you have colours and sparkle and gold melting your brain? Because I did.

Then came the difficult part: among all those amazing fabrics, you’ve got to choose the one(s) you want. I knew I wanted silk and I had a precise budget I could spend so it helped reduce the number of possibilities, but there were still too many to choose from. I saw at least 5 different kinds of silks, from different regions I would guess, all having completely unique styles and designs. And making choices has always been a struggle in the past, so I’m actually really proud that it didn’t take the whole day! (Sorry mom, but I’m actually glad you weren’t there because we would have had to camp in the store for at least a week before you made any decision; I know who I got it from… :p )

When I finally manage to make a choice, we all went to see the other sections of the shop. One is for modern clothes, which they call “fancy”, with some tee-shirts, jeans and skirts all fairly expensive compared to traditional clothing. Then there’s this entire area for chudithar - the traditional dress I wear most days – either ready-made or just the material that you can bring to a tailor. (apparently you’re getting a photo in the end, because you’re probably wondering what a chudithar looks like! Also, I feel like sharing so here’s what the amazing saree my parents got me in Sri Lanka is like)

20160430_193340.jpg20160519_120034.jpg

We could have spent days in this store, admiring the beautiful fabrics and fainting at some of the prices, but we had some more shops to see, and lunch to eat! (Does it still count as lunch at 4pm?)

After looking at the undergarments sold by a few street vendors (not really where I would buy my underwear, so I’m glad I didn’t need any) we went to the jewellery store. One side for gold, another for silver. And man! How the silver shines! It’s so white and bright that it’s almost painful to look at, with all those lights shining in every direction. I wanted to buy anklets; you know those ankle bracelets every Indian girl I’ve seen so far is wearing from birth. You’re supposed to wear a pair of them, which is unusual in Europe as most people only wear one. So there I was, trying to find something nice while keeping prices in mind (no labels, they’re priced by weight according to the day’s value of silver) because they get expensive real quick. And I found what I was looking for! It got a bit more complicated at payment, because they wouldn’t accept my foreign debit card. We ended up going to another store down the street to pay (they added an extra 3% to my bill, just because of the foreign card) and then I was finally able to get my anklets!

I don’t really know why or how, but everything seems to turn into an adventure here!

After lunch, a nap and another saree shop (it’s never enough!!!!) we strolled around some street market selling everything from cheap jewellery to toys, clothes or kitchen tools and headed back to where we would sleep that night. That wasn’t planned at all, but then I’ve come to realise that nothing ever is around here. That night, I got some mehendi on my hand, the Indian version of henna hand designs. Let it dry all night, and surprise! In the morning it was bright orange, which is not what’s it’s supposed to be like. I guess it didn’t agree with my skin! It turned brownish after a day or two, but then started to fade really soon (and trust me, it looks horrible once it’s started to fade).

I think I’ll stop here for now, as this is already long enough. However if you want to know more details about something, please ask! I’m planning a little update on my work sometime soon, so you can all know what’s going on NGO-wise. In the meantime, have a lovely weekend !!!

//

Je vais commencer cet article avec des excuses : chers amis, j’ai le regret d’annoncer que cet article ne contiendra pas de photos, car pendant cette sortie shopping j’étais trop absorbée dans mon environnement pour penser à prendre des photos. A ce point.
J’espère que vous pourrez me pardonner et imaginer ce que je vais vous décrire !

La journée a commencé de façon habituelle, avec un trajet en bus, puisque Namakkal est apparemment plus chère que d’autres villes. Nous sommes allées non loin de là, à Trichy, soit environ une heure si on choisit le bus au conducteur fou. En arrivant, nous avons fait une pause glace dans un glacier bondé (je sais ce que je mange n’est pas du plus grand intérêt, mais je le dis quand même) avant de marcher en direction du premier magasin de la journée. Le trajet m’a paru interminable dans la chaleur du milieu de journée, au milieu d’une foule tentant en vain de marcher à l’ombre et d’atteindre leur destination plus rapidement. Sauf peut-être pour ces gens arrêtés au milieu de la rue et bloquant les autres ; mais ça c’est une autre histoire. Enfin, nous sommes arrivées au magasin. 7 étages à la clim’ glaciale, des vêtements dans toutes les directions et des centaines – milliers – de gens dans les allées. Nous avons commencé par le « rayon » des sarees puisque je souhaitais en acheter, et je n’en ai pas cru mes yeux.

Les tissus utilisés pour faire les sarees sont toujours très colorés, avec des motifs élaborés et souvent même des perles, broderies, sequins … maintenant imaginez tous ces beaux tissus suspendus partout au plafond, le long des murs, mais aussi sur des mannequins et enfin la majorité du stock sur des étagères, prêt à vous être montré sur d’immenses tables par les vendeurs. Est-ce que vous avez maintenant des couleurs, des paillettes et dorures en train de faire disjoncter votre cerveau ? Parce que c’était mon cas.

Vint ensuite le moment difficile : parmi tous ces magnifiques tissus, il faut choisir celui (ou ceux) que l’on veut. Je savais que je voulais de la soie, et j’avais un budget assez précis ce qui m’a permis de réduire le nombre de possibles, mais il y en avait toujours trop. J’ai pu voir au moins 5 types de soies différents, venant des différentes régions je suppose, chacun ayant un style et des motifs bien particuliers. Faire des choix n’a jamais été mon fort par le passé, donc je suis vraiment fière d’avoir réussi sans que cela ne prenne toute la journée ! (Désolée maman, mais en fait je suis heureuse que tu n’aies pas été là car nous aurions dû camper dans le magasin pendant au moins une semaine avant que tu ne fasses le moindre choix ; je sais de qui je tiens … :p )

Quand j’ai enfin fait mon choix, nous nous sommes dirigées vers les autres rayons du magasin. L’un d’eux présente des vêtements « modernes », avec des tee-shirts, jupes et jeans tous plutôt chers en comparaison avec les habits plus traditionnels. Et puis il a le rayon chudithar – ce que je porte presque tous les jours – soit en prêt-à-porter soit des kits de tissus assortis que l’on peut ensuite confier à un tailleur qui le montera sur mesure. (Il semblerait que vous ayez droit à une photo en fin de compte, car vous vous demandez certainement ce qu’est un chudithar ! Je vous montre également à quoi ressemble le super saree que mes parents m’ont offert à leur retour du Sri Lanka)

20160430_193340.jpg20160519_120034.jpg

Nous aurions pu passer des jours dans ce magasin, à admirer les tissus puis s’étouffer devant certains prix, mais d’autres boutiques nous attendaient ainsi que le déjeuner ! (ça compte toujours comme le déjeuner à 4h de l’après-midi ?)

Après avoir jeté un œil à des sous-vêtements vendus sur un stand dans la rue (pas vraiment l’endroit où j’achèterais de la lingerie, heureusement que je n’en avais pas besoin) nous sommes allées au magasin de bijoux. Une partie pour l’argent, une partie pour l’or. L’argent est tellement blanc et brillant que ça fait presque mal aux yeux de regarder, avec tous ces spots lumineux dans tous les sens. Je voulais acheter des bracelets de chevilles, que toutes les indiennes que j’ai pu voir portent depuis la naissance. Ils se portent en paire, ce qui est plutôt inhabituel en Europe où les gens n’en portent généralement qu’un seul. J’essayais donc de trouver mon bonheur tout en faisant attention aux prix (pas d’étiquette mais une facturation au poids, en fonction du cours de l’argent ce jour-là) car ils deviennent très vite très cher. Et j’ai trouvé ce que je cherchais ! C’est devenu un peu plus compliqué au moment de payer, car ils ne voulaient pas accepter ma carte bancaire étrangère. Nous avons donc dû aller dans une autre boutique sur la même rue afin de payer (et ils m’ont pris « % de commission sur ma facture à cause de ma carte étrangère) puis j’ai enfin pu récupérer mes bijoux !

Je ne sais pas ni comment ni pourquoi, mais il semblerait que toute sortie se transforme en aventure ici !

Après le déjeuner, une sieste et une autre boutique de sarees (on en a jamais assez) nous nous sommes baladées au milieu d’un marché vendant de tout, des bijoux fantaisie aux jouets en passant par les vêtements ou encore les ustensiles de cuisine, puis nous sommes retournée là où nous allions passer la nuit. Ça n’était pas prévu du tout, mais j’ai vite compris qu’ici rien ne l’est jamais de toute façon. Ce soir-là, on m’a fait du mehendi sur la main, la version indienne du henné arabe. Après avoir séché toute la nuit, surprise ! Au matin le design était orange vif, ce qui n’est pas très normal. Ma peau ne doit pas convenir ! C’est devenu plus foncé après quelques jours, mais le henné a commencé à disparaître très vite (et ça n’est franchement pas beau quand ça s’en va).

Je vais m’arrêter là pour aujourd’hui, car l’article est déjà assez long, mais si vous voulez plus de détails n’hésitez pas à demander ! Je pense écrire un article à propos de mon travail sous peu, afin que vous sachiez ce qui se passe au niveau de l’ONG. En attendant, je vous souhaite un merveilleux weekend !

Posted by Julie Stasia 02:33 Comments (0)

Kodaikanal, or how Indian families spend their holidays

Kodaikanal, ou comment une famille indienne passe ses vacances

The morning after my temple adventures, we woke up really early (like, seriously, they started cooking our picnic breakfast and lunch at 4am …) and by the time every one of us got a shower (and trust me, when you have one shower for a dozen people it takes time) the minivan that would drive us around for the day had arrived so it was time to go. The road up the mountain takes about an hour and a half, to which we had to add 30 minutes from the house to the foot of the mountain. On the way up, we were able to see a lot of monkeys, beautiful forests and sometimes we got a large view of the plains below.

IMGP7133.jpgIMGP7143.jpg

I was very sad to notice that the beautiful landscapes are always seriously polluted by all kinds of waste being dumped straight out of the windows of passing cars, but also by local businesses emptying their waste bins on the side of the road with no care whatsoever for the preservation of the place or for health (rotting waste can’t be any good for the goats eating it or the kids playing around…). This problem is country-wide, from the biggest cities to the most remote villages, and stems from the lack of waste collection services but also from the very little knowledge people have about the impacts on health and the environment of their current waste “disposal” habit.

IMGP7165.jpg

Before reaching the town, we encountered the Silver Falls. From a distance, they look really pretty with trees and flowers around, waterlilies and lotus flowers at the bottom. But once you step closer, you can’t miss the incredible amount of waste and debris floating at the foot of the falls, choking up the lotus and waterlilies and turning the water a weird unnatural color.

IMGP7160.jpg

When we finally reached the town of Kodaikanal, I realized how popular the place is: despite being remote and of rather small size, the place was crowded and we even encountered some traffic jams while in the forest, near a spot apparently famous for being used as a movie set in the past (now we could film a movie about landfills there…).

IMGP7187.jpg

After a while, we reached an area covered in fog (or most probably clouds) with a view point on a cliff side, from which we could see absolutely nothing (it reminded me of my day at Machu Picchu in December). This kind of setting is always a bit scary, as it feels like you are at the edge of the world, or that something might burst out of the fog and you won’t see it ‘til it’s too late.

In every place where tourists are susceptible of stopping for sightseeing, a great number of shops settled, selling a wide range of products: fruits, chocolate or snacks, bright colored teddy bears, scream masks, winter hats and scarves, clothes or sunglasses, wooden souvenirs … If you need anything, I bet you can find it! There are also quite a lot of wannabe photographers, offering to take your photo and selling the prints (I say wannabe, because they don’t really know much about photography or how to use their cameras, but people seem to like buying the photos anyway). Another popular attraction is balloon shooting, where they use lentils as ammunition for the shotguns, making it rather difficult to hit the unmoving balloons. I couldn’t not try it, since I love those games so much! Out of the 10 shots I shared with another member of our group, only 1 balloon was pierced… I was really sad, last time I did this in Europe I got 5 moving balloons in 3 shots (and won a tiny purple teddy bear <3 ).
In one of the sightseeing places, on our way back to the minivan, we encountered a group of monkeys. We had just bought some lollipops (I’m not ashamed to say they were for the kids and I had one anyway), and when I walked closer to the monkeys to take a photo, one of them decided it would be a good idea to try and attack me in order to steal my lollipop. Thankfully I was fast enough to back away and tucked the lollipop in my mouth to avoid further trouble, but from then on I kept my distances when snapping photos!

IMGP7229.jpgIMGP7232.jpg

After visiting the “natural” areas around we came back to the town and its small lake. Some of us (let’s admit it, only the little kids and their parents, and me) went for a little boat ride around the lake. Just before going I figured I’d better protect my skin before going on the water, as the sun was pretty hot, and applying sunscreen earned me some extra curious looks from the people around (being the only white girl around is one thing, but add sunscreen to the equation and the staring gets worse). There were many people queuing to get on the row boats, or even on the paddle boats, making it appear as an extremely popular activity for the families there. Soon, we started to head back down to the plains.

Somewhere on the way down, we had to drive around an accident, where a minivan similar to ours had collided with the mountain side, causing injuries to a couple of people inside from hitting the windshield with their heads. The people in my minivan seemed shocked and scared by the sight, but this kind of injuries wouldn’t have happened if people wore seatbelts. Most cars I’ve been in so far don’t even have functioning seatbelts, and if there are people do not wear them. There is a strong need to raise awareness on this subject, as it would reduce the gravity of the injuries linked to traffic accident. Indeed, seatbelts are not a legal requirement as opposed to European countries, but even then it probably wouldn’t make much of a difference if we take motorbike helmets as a reference: in Tamilnadu, they are supposed to be compulsory but the law is not enforced, so I have seen very few people actually wearing helmets while driving bikes (like very very few, compare to the number of bikes on the road, generally carrying between 1 and 4 persons each).

I’ll stop on this not-so-fun note for today; keep an eye out for my next article!

//

Le lendemain de mes aventures templesques, nous nous sommes réveillés très tôt (genre, sérieusement, qui commence à cuisiner le picnic du petit déj et du déjeuner à 4h du mat’ ?) et quand nous avons tous enfin pris notre douche (croyez-moi, une douche pour une douzaine de personnes, faut pas être pressé) le minivan et le chauffeur qui allaient nous accompagner toute la journée étaient arrivés, donc c’était l’heure de partir. La route sur le flanc de la «colline » nécessite environ 1h30 de conduite, dans des lacets que tous ceux qui ont le mal des transports adorent (moi y compris). Le long de la route, nous avons pu voir de nombreux singes, de belles forêts et parfois même avoir une jolie vue dégagée de la plaine qui nous avions quittée.

IMGP7133.jpgIMGP7143.jpg

J’ai été très triste de constater que les magnifiques paysages sont tous sans exception pollués par toutes sortes de déchets, jetés par la fenêtre des voitures de passage mais aussi par les commerces locaux, qui déposent leurs déchets quotidiennement sur le bas-côté, sans considération aucune pour la protection du lieu ou pour la santé (pas sûr que le vieux déchet soit très sain pour la chèvre qui le mange ou les enfants qui jouent avec …) . Ce problème est d’ampleur nationale cependant, depuis les plus grandes villes jusqu’aux villages les plus isolés. Il est causé en majeure partie par l’absence de système de ramassage des déchets et d’élimination, mais aussi par le manque de connaissances de la population au sujet des impacts sanitaire et environnemental des habitudes actuelles de « gestion » des déchets.

IMGP7165.jpg

Avant d’atteindre le village de Kodaikanal, nous nous sommes arrêtés aux « Cascades d’Argent ». De loin, elles ont l’air magnifique, entourées d’arbres et de fleurs, avec de nombreux nénuphars et lotus à leurs pieds. Mais en s’approchant un peu plus, il est impossible de ne pas voir la quantité de déchets et détritus flottants dans l’eau au pieds des cascades, étouffant les lotus et nénuphars et donnant à l’eau une couleur peu ragoutante.

IMGP7160.jpg

Lorsque nous sommes enfin arrivés au village, j’ai pu me rendre compte à quel point l’endroit est populaire et fréquenté, malgré sa relative petite taille et son isolement. L’endroit était noir de monde, et nous avons même rencontré des embouteillages au milieu de nulle part, sur une route de forêt menant à un bosquet apparemment célèbre pour être apparu dans des films (maintenant on pourrait y tourner un film sur les décharges…).

IMGP7187.jpg

Un peu plus tard, nous sommes arrivés dans une zone couverte de brouillard (ou plus certainement de nuages), avec un point de vue situé en haut d’une falaise, depuis laquelle on ne pouvait absolument rien voir (ça m’a rappelé ma journée au Machu Picchu en décembre). Ce genre de situation est toujours un peu effrayant, on se sent comme au bord du monde, ou bien comme si un monstre allait tout à coup surgir du brouillard, invisible jusqu’à la dernière seconde.

Partout où les touristes sont susceptibles de s’arrêter pour visiter, de très nombreux étals se sont installés, vendant une large gamme de produits : des fruits, du chocolat ou des biscuits, des peluches bariolées, des masques inspirés du film Scream (oui oui…), des bonnets, écharpes, vêtements ou lunettes de soleil, des jouets en bois… Je parie que si vous avez besoin de quelque chose, vous le trouverez sans problème ! Il y a également de nombreux « photographes », proposant de vous prendre en photo puis de vous vendre le cliché imprimé (ils se disent photographes, mais ils ne connaissent pas grand-chose à la photographie, et leur utilisation de leurs appareils est plutôt incertaine… enfin, les gens semblent ravis d’acheter leurs photos malgré tout !). Le tir au ballon est aussi très populaire, avec des stands installés au bord de la route un peu partout. Ils utilisent des lentilles comme munitions pour les carabines, rendant les tirs plutôt imprécis malgré les cibles immobiles. Je ne pouvais m’empêcher d’essayer, puisque j’adore ce genre de jeux. Sur les 10 tirs que j’ai partagés avec un autre membre du groupe, seul 1 ballon a été crevé. Quelle déception, surtout que la dernière fois que j’ai tenté ma chance sur un jeu similaire, j’ai eu 5 ballons mouvants avec seulement 3 tirs (et j’ai gagné un petit ours en peluche <3 ).

Lors de l’un de nos arrêts « touristiques », en retournant au minivan, nous sommes tombés sur un groupe de singes en bord de route. On venait juste d’acheter des sucettes (et je n’ai pas honte de dire qu’elles étaient pour les enfants, mais que j’en ai quand même mangé une), et quand je me suis approchée des singes pour les prendre en photo, l’un d’eux a décidé qu’essayer de m’attaquer pour me voler ma sucette serait une bonne idée. Heureusement, j’ai été assez rapide pour reculer et cacher ma sucette (dans ma bouche :D ) mais après cela, je gardais mes distances pour les photos !

IMGP7229.jpgIMGP7232.jpg

Après avoir fait le tour de la partie “nature”, nous sommes retournés vers le village et son lac. Quelques-uns d’entre nous (admettons-le, uniquement les enfants, leurs parents et moi) sommes allés faire un tour en barque sur le lac. Avant de monter à bord, j’ai pensé qu’il serait judicieux de protéger ma peau du soleil, car il commençait à faire chaud, et l’utilisation de crème solaire m’a valu des regards curieux (déjà qu’être la seule fille blanche dans le coin attire l’œil, la crème solaire rend les choses pires !). La file d’attente pour monter à bord des barques (et même des pédalos) montrait à quel point c’est une activité populaire ici. Peu de temps après il était temps de reprendre la route vers les plaines !
Au détour d’un virage en cours de descente, nous avons dû contourner un accident, au cours duquel un minivan semblable au notre était entré en collision frontale le flanc de la montagne, blessant quelques passagers qui ont heurté le parebrise du véhicule avec leur tête. Mes compagnons de voyages semblaient choqués et apeurés à la vue de l’accident et des conséquences, mais ce genre de blessures aurait été évité avec des ceintures de sécurité. La majorité des véhicules que j’ai vus jusqu’à présent n’en sont soit pas équipés du tout, soit les équipements ne fonctionnent pas ou les gens ne les utilisent pas. Il y a un fort besoin de sensibilisation au port de la ceinture de sécurité, car cela réduirait de beaucoup la gravité des blessures en cas d’accident. En effet, contrairement à l’Europe, la ceinture n’est pas obligatoire, mais même si elle l’était la différence serait minime. Prenons l’exemple du port du casque à moto : dans le Tamilnadu, il est obligatoire depuis environ 1 an, mais la loi n’est pas appliquée, résultant en un nombre très faible de personnes portant un casque (mais genre très très faible comparé au nombre de motos circulant quotidiennement, transportant de 1 à 4 passagers en général).

Je m’arrêterai sur cet aparté peu réjouissant pour aujourd’hui ; à bientôt pour mon prochain article !

Posted by Julie Stasia 22:43 Comments (0)

How’s an atheist supposed to pray a Hindu god?

Comment prier un dieu hindou lorsqu’on est athée?

After being gone for so long, I am finally able to share some of my adventures from the past month. I have been staying mostly in the same place, an isolated house in the middle of coconut and mango trees, with limited access to the 3G network, hence my absence.

However, we went away for a couple of days to a place named Kodaikanal, located on top of a hill (well… personally I call that a mountain, but I guess when your country’s northern border is made of the Himalayan mountains, you see things a bit differently…) and with a much cooler climate than the plains. It is the “go-to” place for Indian family holidays in the area, offering activities ranging from boating on the lake to horse riding in the forest or sight-seeing in the many different landscapes available. The vegetation is lush and varied, with among others pine trees, eucalyptus and aloe vera-like plants (sorry, I’m no botanist :p ). There are also quite a lot of monkeys, but I’ll talk about them later. For now, let’s go back to the start.

We arrived at the bottom of the “hill” in the late afternoon, so we just stayed down till morning as the road up is dangerous especially at night. We stayed in a friend’s family house, and before dinner they all decided to go to the temple, bringing me along. You might have read in a previous blog that I once went to a temple, but this experience was a lot more different as it wasn’t a festival, and I didn’t burn my feet on hot ground.

During this visit to the temple, I discovered that it is apparently ok to be super loud or talk over the phone while in the temple, which surprised me as I am used to churches being always silent at all times, people whispering (and no kids running around or yelling) and all phones on silent. I also discovered that when you walk in and out of the temple, you’re supposed to avoid the top step; well, it wouldn’t be fun if they warned me before I actually stepped on it, so let’s just hope I didn’t make any of their many gods angry with me!

All around the temple are statues of some of the gods that they worship, so the people walk from one to the next and pray to each of them. In front of each god, they asked me to pray, but how’s an atheist supposed to pray a Hindu god? I don’t have the slightest idea of what you’re supposed to do when you pray, and wouldn’t it be hypocrite and disrespecting to fake praying to a god you don’t believe in? So I just stood there, looking all weird and uncomfortable, and followed them around.

After a little while, they organized some sort of blessing ceremony for the kids and me. Basically, we all lied down on the floor in turns, and they came to place a sort of candle above our bodies in different places. The candles are actually mini “bowls” made from rice and sugar (among other things but I couldn’t find out exactly) in which they poured oil and lit a cotton thread afire. I literally stopped breathing when they rested it on my stomach for a little while, by fear of spilling the burning oil over myself.

temple_1.jpg temple_3.jpg

Later on, they gave a plate of food offerings (coconut, bananas, rice …) to what must have been a priest, and he prayed a god for us, citing all of our names in the process and then giving us some powders that we were supposed to put on our foreheads and necks. I avoided that part, as whatever the powders are made from doesn’t agree with my skin and leaves those (lovely) red marks, pretty visible on a forehead!

Before we left the temple, we all got some of the dough used to make the “candles”, and were supposed to eat it. Obviously, when I was handed the ball of dough, what did I do? I extended my left hand. Horror! Misfortune! Don’t ever use your left hand to touch food and eat, especially in a temple! So, left-handed people, you better start practicing to use your right hand if you ever plan to visit India!!!

After that, it was time to go home (and stop offending the gods with my ignorant behaviour), so we piled up in an auto rickshaw, all 6 adults and 3 kids in the same one. That’s how you play human Tetris!

//

Après avoir été absente si longtemps, il m’est enfin possible de partager avec vous quelques-unes de mes aventures du mois passé. J’ai passé la majorité de ce mois au même endroit, une maison isolée de tout et entourée de cocotiers et de manguiers avec un accès à la 3g très limité, d’où mon absence.

Cependant, nous sommes allés pour quelques jours dans un endroit appelé Kodaikanal, situé au sommet d’une colline (enfin… j’aurais plutôt dit montagne, mais je suppose que lorsque la frontière nord de ton pays est faite par la chaîne de l’Himalaya, ton sens des grandeurs est légèrement différent…) et le climat y est bien plus frais qu’en plaine. Dans la région, c’est le lieu favori des familles pour leurs vacances, avec de nombreuses activités disponibles allant d’une balade en barque sur le lac à une randonnée équestre dans la forêt, ou tout simplement admirer les nombreux paysages entourant le village. La végétation est riche et fournie, avec de nombreuses essences représentée comme des conifères, des eucalyptus, et une sorte de cousin de l’aloe vera (désolée, je suis pas botaniste :p ). En plus de cela, il y a beaucoup de singes, mais je reviendrai là-dessus plus tard. En attendant, commençons par le commencement.

Après un long trajet en bus, nous sommes arrivés au pied de la « colline » en fin d’après-midi, et nous y avons passé la nuit car la route est très dangereuse, surtout à la nuit tombée. Nous étions logés dans la maison de famille d’une amie de l'asso, et avant le dîner ils ont tous voulu aller au temple et m’ont emmenée avec eux. Vous avez peut-être lu dans un précédent article que je suis déjà allée dans un temple, mais cette fois-ci était très différente car ce n’était pas un festival, et je n’ai pas brûlé la plante de mes pieds en marchant.

Pendant cette visite j’ai découvert qu’apparemment, être très bruyant ou téléphoner dans un temple sont des comportements normaux, ce qui m’a fortement étonnée étant moi-même habituée au silence des églises, avec leurs chuchotis et téléphones en silencieux, sans les enfants qui courent et crient dans tous les sens. J’ai également découvert qu’en entrant et sortant du temple, il faut normalement éviter la dernière marche (la plus haute) ; évidemment, ça n’aurait pas été drôle si on m’avait prévenue avant que je le fasse donc il ne reste plus qu’à espérer que je n’ai pas mis l’un (ou plusieurs) des dieux en colère !

A l’intérieur du temple, des statues représentant les différents dieux sont disposées afin que les visiteurs puissent marcher de l’une à l’autre, priant devant chacune. Devant chaque statue, on me demandait de prier, mais comment prier un dieu hindou lorsqu’on est athée ? Je n’ai pas la moindre idée de ce qu’il faut faire pour prier, et de toute manière, ne serait-ce pas hypocrite et irrespectueux de faire semblant de prier un dieu en lequel je ne crois pas ? Je restais donc plantée là, en attendant d’aller voir le dieu suivant, ne me sentant absolument pas à ma place.
Après un petit moment, la famille avec qui j’étais a voulu organiser une sorte de cérémonie de bénédiction pour les enfants et pour moi. En gros, nous nous sommes allongés par terre à tour de rôle, et quelqu’un venait avec une sorte de bougie qui était alors placée au-dessus de nous, à différents endroits (tête, bras, ventre, jambes…). Les bougies sont en fait comme des petits « bols » faits de riz et de sucre (entre autres, mais je n’ai pas eu la liste complète des ingrédients) dans lesquels est versée une huile puis une mèche de coton est enflammée dans cette huile. Je me suis complètement arrêtée de respirer lorsque la « bougie » était posée sur mon ventre, de peur qu’une respiration un peu trop forte ne renverse l’huile sur moi.

(voir les photos plus haut)

Par la suite, un plat de nourriture a été donné en offrande (contenant du riz, des bananes, noix de coco, …) par le biais d’un prêtre (en tout cas il avait l’air d’un prêtre). Il a alors prié le dieu principal du temple pour nous, citant tous nos noms l’un après l’autre puis nous donnant ces poudres, que l’on doit normalement appliquer en un point sur le front et le cou. J’ai zappé cette partie de la prière car je ne sais pas de quoi sont faites les poudres, mais je sais qu’elles font réagir ma peau, et une tâche rouge irritée sur le front, ça se voit plutôt bien et ce n’est pas agréable!

Avant de quitter le temple, nous avons tous reçu un morceau de la pâte servant à fabriquer les « bougies » utilisées plus tôt, et étions sensés les manger. Evidemment, quand on m’a tendu la boule de pâte, qu’est-ce que j’ai fait ? J’ai tendu la main gauche ! Horreur, malheur ! N’utilisez jamais votre main gauche pour toucher de la nourriture, et encore moins dans un temple ! Avis à tous les gauchers donc : entraînez-vous à utiliser votre main droite si vous voulez venir en Inde un jour !

Ça y est, c’était enfin l’heure de rentrer à la maison (et par la même occasion d’arrêter d’offenser les dieux avec mon comportement d’ignorante). On s’est donc empilés dans un auto rickshaw (un tuk-tuk à moteur quoi …), 6 adultes et 3 enfants dans le même. Champions du monde de Tetris humain ce jour-là !

Posted by Julie Stasia 23:28 Comments (0)

A week in the villages - part 2

After visiting the temple we drove through a few open markets, unsurprisingly crowded, and I got to experience something I’m not ready to endure again: the smell of dead meat hanging over the butcher stalls of the markets. Quite often we’ve driven past various things rotting on the side of the road, offering a rather stinky smell, but this dead (and rotting) meat was purely horrible. Pedestrians walking by had to cover their mouth and nose with scarves to try and protect themselves from the smell, but it was so strong that the only solution was to get away as fast as you could and leave it all behind you. Easier said than done though considering the dense traffic of motorbikes, lorries, cars and pedestrians (and goats and cows :p ).
Having survived the foul smell, we were welcomed by a lovely family in their house (sorry, I forgot to ask for the name of the village ^^ ). In the afternoon the women started to make those amazing flower garlands using jasmine flowers, which smell incredibly good. They normally put those garlands in their hair, and I got to have one as well! The next morning, Shantha (young mum from the family) decided to turn me into an Indian girl, thanks to some make-up, hair-do and clothes. That’s how I ended up with eye-liner, jasmine and rose flowers in my hair, and traditional clothes that she insisted I keep. Oh and I forgot: a nice sticker on my nose, since I don’t want to pierce it :D

Later on we moved to an entirely new village. The car ride was really difficult for me, because of the very bumpy road and really hot weather. We were in a sort of minivan with no AC and no windows at the back, only a small fan moving hot air around us. The combination of the poor road and heat gave me one of the worst cases of motion sickness I’ve had in a while (and I’ve had quite a few…) forcing me to lie down for a long time as soon as we reached our destination. The lady hosting me probably thought it a bit rude, but I could barely stand on my two legs, let alone try and hold a conversation. Later that night I figured out that holding a proper conversation wouldn’t be possible anyway since she doesn’t speak much English, and Tamil is still quite the mystery for me. For the next 3 days I stayed alone with her, and we managed to understand each other on basic subjects such as food and family, leaving more complicated matters aside. The few times we couldn’t understand each other proved quite frustrating, but hey! that happens. The funny thing though, was the lady’s friends: they came to see me (you know, that white girl who arrived the other day, we have to see what she’s like!) and tried talking to me, except they only spoke Tamil and thought that repeating 5 times the same thing in a language I absolutely don’t understand would somehow make it better.
After being stuffed with some more food (really good food, I have to admit, but still) it was time to head back to the burning temperatures of Namakkal!

55277E3DB304E3CAF26139CF0FFBEEFF.jpg 552C6359B6B30B788A3ED315BA72F26F.jpg 5531C7A1CA665808BBC0037B5FD7C435.jpg

Après la visite du temple le trajet nous a mené au travers de quelques marchés en plein air, bondés évidemment, et j’ai fait l’expérience d’une chose que je ne souhaite à personne : l’odeur nauséabonde de viande pourrie flottant autour des étals de boucherie sur un marché. A plusieurs reprise nous avions passé de nombreux tas d’immondices diverses et variées, dégageant des odeurs peu ragoutantes, mais cette viande morte (et pourrie) était particulièrement atroce. Les piétons passant à proximité devaient se couvrir le nez et la bouche pour tenter (en vain) de se protéger des émanations, mais la seule solution efficace pour y échapper était de s’en éloigner le plus rapidement possible. Plus facile à dire qu’à faire cependant, à cause du traffic très important composé de motos, camions, voitures et piétons (et chèvres et vaches).
Ayant survecu l’odeur insupportable, une famille adorable nous a accueillies dans sa maison (et j’ai oublié le nom du village). Dans l’après-midi, les femmes ont commencé à fabriquer ces magnifiques guirlandes de fleurs de jasmin, dont l’odeur est merveilleuse. Normalement elles mettent ces guirlandes dans leurs cheveux, et j’ai moi aussi eu le droit d’en avoir une! Le lendemain matin Shantha, jeune maman dans la famille, a décidé de me transformer en une jeune fille indienne à l’aide de maquillage, d’une nouvelle coiffure et de vêtements. Cest ainsi que je me suis retrouvée avec de l’eye liner, une rose et des fleurs de jasmin dans les cheveuxet des vêtement traditionels (mais pas un saree) qu’elle a voulu que je garde. Oh ! et sans oublier un sticker brillant sur l’aile du nez, puisque je ne souhaite pas le percer :D

Plus tard dans la journée, nous sommes parties vers un nouveau village. Le trajet en voiture a été très difficile pour moi, à cause de la route en très mauvais état et de la chaleur dnas notre véhicule. Nous étions dans une sorte de minivan sans climatisation ni fenêtres à l’arrière, avec seulement un petit ventilateur remuant de l’air chaud. La combinaison de la route chaotique et de la chaleur m’a donné un très sérieux mal des transports, comme j’en ai rarement eu (et j’en ai eu pas mal…) m’obligeant à rester allongée pendant quelques heures à notre arrivée. La dame nous accueillant m’a peut-être trouvée un peu mal polie sur le moment, mais je tenais à peine sur mes jambes, donc faire la conversation semblait impossible. Par la suite je me suis rendu compte que ça ne serait de toute façon pas possible, puisque cette dame très aimable ne parlait que très peu d’anglais et que le tamoul est toujours un grand mystère pour moi. Je suis restée seule avec elle pour les 3 jours suivants, et nous nous débrouillées pour nous comprendre sur des sujets simples comme l’alimentation ou la famille, laissant de côté les conversations plus complexes. Les quelques fois où nous n’avons pas réussi à nous comprendre ont été plutôt frustrantes, mais il faut faire avec ! Les amies de cette dame m’ont cependant bien fait rire : elles venaient me voir (ben oui, cette fille blanche qui vient d’arriver, c’est l’attraction!) et tentaient de me parler, sauf qu’elles ne parlaient que tamoul et pensaient que répéter 5 fois la même chose m’aiderait à comprendre, par un quelconque miracle.
Après avoir trop mange encore une fois (c’était très bon, mais quand même, je ne pense pas être une oie à quelques semaines de Noël …) il était temps de retourner sous la chaleur écrasante de Namakkal !

Posted by Julie Stasia 19:48 Comments (0)

(Entries 1 - 5 of 8) Page [1] 2 »