A Travellerspoint blog

Let's go shopping shall we?

C'est parti pour une virée shopping!

I will start this article with an apology: dear friends, I am sorry to announce that this article will be deprived of any photos, because during this shopping trip I was too busy processing what I was seeing to even think about taking photos. Seriously.
I hope you can forgive me, and imagine the sights I will describe!

The day started with the usual bus trip, as Namakkal is apparently more expensive than other places; we went to Trichy, which is about an hour away - depends how crazy the bus driver is. Upon arrival, we stopped for ice cream in a crowded shop (I know, you don’t really care what I eat, but I’ll still mention it) and then walked over to the first store we wanted to visit. The walk felt like forever in the midday heat and sun, among crowds of people trying to find some shade or reach their destination faster. Except maybe for the people stopping in the middle of the way and blocking others; but that’s another story. And then we reached the store. 7 floors of super cold AC, clothes in every direction and hundreds – thousands – of people roaming the aisles. We started with the sarees section since I wanted to get some, and I could not believe what I was seeing.

The fabrics used to make sarees are always very colourful, with intricate designs and very often pearls and embroideries. Now imagine those lush fabrics being hung all over the ceilings and walls, some more on mannequins and then even more on shelves, ready to be displayed on the massive tables by helpful employees. Do you have colours and sparkle and gold melting your brain? Because I did.

Then came the difficult part: among all those amazing fabrics, you’ve got to choose the one(s) you want. I knew I wanted silk and I had a precise budget I could spend so it helped reduce the number of possibilities, but there were still too many to choose from. I saw at least 5 different kinds of silks, from different regions I would guess, all having completely unique styles and designs. And making choices has always been a struggle in the past, so I’m actually really proud that it didn’t take the whole day! (Sorry mom, but I’m actually glad you weren’t there because we would have had to camp in the store for at least a week before you made any decision; I know who I got it from… :p )

When I finally manage to make a choice, we all went to see the other sections of the shop. One is for modern clothes, which they call “fancy”, with some tee-shirts, jeans and skirts all fairly expensive compared to traditional clothing. Then there’s this entire area for chudithar - the traditional dress I wear most days – either ready-made or just the material that you can bring to a tailor. (apparently you’re getting a photo in the end, because you’re probably wondering what a chudithar looks like! Also, I feel like sharing so here’s what the amazing saree my parents got me in Sri Lanka is like)

20160430_193340.jpg20160519_120034.jpg

We could have spent days in this store, admiring the beautiful fabrics and fainting at some of the prices, but we had some more shops to see, and lunch to eat! (Does it still count as lunch at 4pm?)

After looking at the undergarments sold by a few street vendors (not really where I would buy my underwear, so I’m glad I didn’t need any) we went to the jewellery store. One side for gold, another for silver. And man! How the silver shines! It’s so white and bright that it’s almost painful to look at, with all those lights shining in every direction. I wanted to buy anklets; you know those ankle bracelets every Indian girl I’ve seen so far is wearing from birth. You’re supposed to wear a pair of them, which is unusual in Europe as most people only wear one. So there I was, trying to find something nice while keeping prices in mind (no labels, they’re priced by weight according to the day’s value of silver) because they get expensive real quick. And I found what I was looking for! It got a bit more complicated at payment, because they wouldn’t accept my foreign debit card. We ended up going to another store down the street to pay (they added an extra 3% to my bill, just because of the foreign card) and then I was finally able to get my anklets!

I don’t really know why or how, but everything seems to turn into an adventure here!

After lunch, a nap and another saree shop (it’s never enough!!!!) we strolled around some street market selling everything from cheap jewellery to toys, clothes or kitchen tools and headed back to where we would sleep that night. That wasn’t planned at all, but then I’ve come to realise that nothing ever is around here. That night, I got some mehendi on my hand, the Indian version of henna hand designs. Let it dry all night, and surprise! In the morning it was bright orange, which is not what’s it’s supposed to be like. I guess it didn’t agree with my skin! It turned brownish after a day or two, but then started to fade really soon (and trust me, it looks horrible once it’s started to fade).

I think I’ll stop here for now, as this is already long enough. However if you want to know more details about something, please ask! I’m planning a little update on my work sometime soon, so you can all know what’s going on NGO-wise. In the meantime, have a lovely weekend !!!

//

Je vais commencer cet article avec des excuses : chers amis, j’ai le regret d’annoncer que cet article ne contiendra pas de photos, car pendant cette sortie shopping j’étais trop absorbée dans mon environnement pour penser à prendre des photos. A ce point.
J’espère que vous pourrez me pardonner et imaginer ce que je vais vous décrire !

La journée a commencé de façon habituelle, avec un trajet en bus, puisque Namakkal est apparemment plus chère que d’autres villes. Nous sommes allées non loin de là, à Trichy, soit environ une heure si on choisit le bus au conducteur fou. En arrivant, nous avons fait une pause glace dans un glacier bondé (je sais ce que je mange n’est pas du plus grand intérêt, mais je le dis quand même) avant de marcher en direction du premier magasin de la journée. Le trajet m’a paru interminable dans la chaleur du milieu de journée, au milieu d’une foule tentant en vain de marcher à l’ombre et d’atteindre leur destination plus rapidement. Sauf peut-être pour ces gens arrêtés au milieu de la rue et bloquant les autres ; mais ça c’est une autre histoire. Enfin, nous sommes arrivées au magasin. 7 étages à la clim’ glaciale, des vêtements dans toutes les directions et des centaines – milliers – de gens dans les allées. Nous avons commencé par le « rayon » des sarees puisque je souhaitais en acheter, et je n’en ai pas cru mes yeux.

Les tissus utilisés pour faire les sarees sont toujours très colorés, avec des motifs élaborés et souvent même des perles, broderies, sequins … maintenant imaginez tous ces beaux tissus suspendus partout au plafond, le long des murs, mais aussi sur des mannequins et enfin la majorité du stock sur des étagères, prêt à vous être montré sur d’immenses tables par les vendeurs. Est-ce que vous avez maintenant des couleurs, des paillettes et dorures en train de faire disjoncter votre cerveau ? Parce que c’était mon cas.

Vint ensuite le moment difficile : parmi tous ces magnifiques tissus, il faut choisir celui (ou ceux) que l’on veut. Je savais que je voulais de la soie, et j’avais un budget assez précis ce qui m’a permis de réduire le nombre de possibles, mais il y en avait toujours trop. J’ai pu voir au moins 5 types de soies différents, venant des différentes régions je suppose, chacun ayant un style et des motifs bien particuliers. Faire des choix n’a jamais été mon fort par le passé, donc je suis vraiment fière d’avoir réussi sans que cela ne prenne toute la journée ! (Désolée maman, mais en fait je suis heureuse que tu n’aies pas été là car nous aurions dû camper dans le magasin pendant au moins une semaine avant que tu ne fasses le moindre choix ; je sais de qui je tiens … :p )

Quand j’ai enfin fait mon choix, nous nous sommes dirigées vers les autres rayons du magasin. L’un d’eux présente des vêtements « modernes », avec des tee-shirts, jupes et jeans tous plutôt chers en comparaison avec les habits plus traditionnels. Et puis il a le rayon chudithar – ce que je porte presque tous les jours – soit en prêt-à-porter soit des kits de tissus assortis que l’on peut ensuite confier à un tailleur qui le montera sur mesure. (Il semblerait que vous ayez droit à une photo en fin de compte, car vous vous demandez certainement ce qu’est un chudithar ! Je vous montre également à quoi ressemble le super saree que mes parents m’ont offert à leur retour du Sri Lanka)

20160430_193340.jpg20160519_120034.jpg

Nous aurions pu passer des jours dans ce magasin, à admirer les tissus puis s’étouffer devant certains prix, mais d’autres boutiques nous attendaient ainsi que le déjeuner ! (ça compte toujours comme le déjeuner à 4h de l’après-midi ?)

Après avoir jeté un œil à des sous-vêtements vendus sur un stand dans la rue (pas vraiment l’endroit où j’achèterais de la lingerie, heureusement que je n’en avais pas besoin) nous sommes allées au magasin de bijoux. Une partie pour l’argent, une partie pour l’or. L’argent est tellement blanc et brillant que ça fait presque mal aux yeux de regarder, avec tous ces spots lumineux dans tous les sens. Je voulais acheter des bracelets de chevilles, que toutes les indiennes que j’ai pu voir portent depuis la naissance. Ils se portent en paire, ce qui est plutôt inhabituel en Europe où les gens n’en portent généralement qu’un seul. J’essayais donc de trouver mon bonheur tout en faisant attention aux prix (pas d’étiquette mais une facturation au poids, en fonction du cours de l’argent ce jour-là) car ils deviennent très vite très cher. Et j’ai trouvé ce que je cherchais ! C’est devenu un peu plus compliqué au moment de payer, car ils ne voulaient pas accepter ma carte bancaire étrangère. Nous avons donc dû aller dans une autre boutique sur la même rue afin de payer (et ils m’ont pris « % de commission sur ma facture à cause de ma carte étrangère) puis j’ai enfin pu récupérer mes bijoux !

Je ne sais pas ni comment ni pourquoi, mais il semblerait que toute sortie se transforme en aventure ici !

Après le déjeuner, une sieste et une autre boutique de sarees (on en a jamais assez) nous nous sommes baladées au milieu d’un marché vendant de tout, des bijoux fantaisie aux jouets en passant par les vêtements ou encore les ustensiles de cuisine, puis nous sommes retournée là où nous allions passer la nuit. Ça n’était pas prévu du tout, mais j’ai vite compris qu’ici rien ne l’est jamais de toute façon. Ce soir-là, on m’a fait du mehendi sur la main, la version indienne du henné arabe. Après avoir séché toute la nuit, surprise ! Au matin le design était orange vif, ce qui n’est pas très normal. Ma peau ne doit pas convenir ! C’est devenu plus foncé après quelques jours, mais le henné a commencé à disparaître très vite (et ça n’est franchement pas beau quand ça s’en va).

Je vais m’arrêter là pour aujourd’hui, car l’article est déjà assez long, mais si vous voulez plus de détails n’hésitez pas à demander ! Je pense écrire un article à propos de mon travail sous peu, afin que vous sachiez ce qui se passe au niveau de l’ONG. En attendant, je vous souhaite un merveilleux weekend !

Posted by Julie Stasia 02:33

Email this entryFacebookStumbleUpon

Table of contents

Be the first to comment on this entry.

Comments on this blog entry are now closed to non-Travellerspoint members. You can still leave a comment if you are a member of Travellerspoint.

Enter your Travellerspoint login details below

( What's this? )

If you aren't a member of Travellerspoint yet, you can join for free.

Join Travellerspoint